Vivre avec les mathématiques

dimanche 18 octobre 2009.
 

Vivre avec les mathématiques

Vivre avec les mathématiques - 23.8 ko
Vivre avec les mathématiques


Français English
Ce livre se déroule sur deux plans, l’un romanesque et anecdotique, l’autre philosophique. D’abord, donc, il relate les épisodes successifs d’une relation avec les mathématiques au cours d’une vie. Comment, on les rencontre, on les aime, on en goûte la jubilation, et comment, se sentant élu par elles, on devient leur obligé. Comment l’aventure d’essayer de les féconder conduit aux mystères et à la profondeur d’un labyrinthe inattendu. Comment on croit les perdre, et comment on parvient à les retrouver autrement, lorsqu’on hérite de la tâche de les enseigner à un niveau élémentaire. Comment on les aborde sous un autre angle, à un autre rythme et dans un autre état d’esprit comme le philosophe que l’on est enfin devenu. Mais au fond, ce qu’il s’agit de faire valoir, justement, c’est que les mathématiques sont une dimension d’accueil pour la vie. Qu’elle s’y invente et s’y transforme aussi bien qu’ailleurs. Que les concrétudes de l’existence et le rapport à l’infini se nouent en pays mathématique pour nous. Et que, pour cette raison justement, les mathématiques peuvent et doivent être réassumées comme mode de la culture : condition qui est peut être essentielle au salut du rationalisme dans notre monde, dont se souciait Husserl en 1935.This book follows two lines : on one side it tells a story, on the other it elaborates a philosophical view. For one thing, it recounts the successive episodes of someone’s relationship with mathematics at various moments of his life. How one may encounter mathematics, love it, experience jubilation through it, and become indebted and commanded by them. How the adventure of trying to invent new pieces of it leads to the mysteries and the depth of some unexpected labyrinth. How one, inheriting the task of teaching it at an elementary level, may believe to have lost it, and yet manage to recover it differently. How one comes to approach mathematics from another angle, with another rhythm, and in another mood when one deals with it as a philosopher. But in fact the main point of the book is that mathematics as a dimension may shelter life. That life gets invented and transformed there as well as elsewhere. That the concrete things of existence and our relation to infinite join together in the country of mathematics for us. And that for this very reason, mathematics can and have to be assumed again as part of culture : a condition which probably is absolutely requested for rationalism to find salvation in our world, as Husserl worried about in 1935.



Forum